Photo d'en-tete
Imprimer l'article

Le Mot du Maire

Le bien vieillir

La France, peut être plus que d'autres pays occidentaux et en raison d'une espérance de vie supérieure, est touchée par un vieillissement continu de sa population. Les plus de 75 ans qui étaient 5,2 millions en 2007 (8,9 % de la population) seront 11,9 millions en 2060 (16,2 % de la population)  et les 85 ans et plus passeront de 1,3 à 5,4 millions, soit quatre fois plus qu'aujourd'hui.

Cette progression n'est pas en voie de se stabiliser et nécessite la mise en place de politiques, de moyens et de financements très importants que malheureusement les différents gouvernements, depuis une quarantaine d'années, n'ont pas su anticiper. Les conséquences risquent d'être douloureuses pour notre société si la situation n'évolue pas très rapidement.

Pour aborder une réflexion constructive, il me semble que nous devons nous appuyer sur une double conviction : en premier lieu, le vieillissement est un aboutissement naturel de notre parcours de vie et en ce sens nous devons l'accepter en tant qu'élément positif, ensuite la dynamique du lien social, l'intégration dans la cité, dans les réseaux sociaux, qu'ils soient familiaux ou amicaux, sont des composantes essentielles du bien vieillir et de la prévention de la perte d'autonomie.

Ces convictions nous portent naturellement à l'encontre de la vision négative du vieillissement et de la perte d'autonomie. Elles nous ouvrent les portes d'une approche totalement différente basée sur le bien vieillir et  dont les fils conducteurs sont la prévention et la création des espaces et d'un environnement de vie adaptés. Il convient donc de bien distinguer vieillissement en tant que phase de notre cycle de vie et perte d'autonomie associée au critère de dépendance. Cette distinction nous amène à considérer la nécessité de politiques associées au vieillissement sur la base de dispositifs favorisant le bien vieillir et le recul de la dépendance.

La perte d'autonomie des personnes âgées ne devrait toucher qu'une minorité de personnes en général très âgées. Elle peut être retardée voire évitée par des actions médicales et médico-sociales mais aussi sociales qui visent à maintenir vivants les liens des personnes âgées avec leur entourage et leur voisinage.

Ainsi le vieillissement devrait faire partie de tout programme politique et être intégré dans les documents d'urbanisme (SCoT, PLUi...), notamment par la possibilité de création de nouvelles formes d'habitat évolutif ou modulable avec intégration de la technologie moderne. Les dispositifs d'accompagnement, les structures d'accueil ne doivent pas être travaillés comme des obligations mais bien dans un cadre de complémentarité avec le dispositif et les outils mis en place pour le bien vieillir.

La place des seniors et des personne âgées sur Nouvoitou a toujours été au cœur de nos préoccupations. Le travail réalisé depuis plusieurs années en témoignent (résidence Neveztell, agrandissement de la résidence du Parmenier (ex Marpa devenue Petite Unité de Vie médicalisée), village des aînés, développement des actions liées à l'intergénérationnel...).

Nos projets pour les années prochaines continuent dans cet esprit : construction d'une résidence seniors à l'ouest de la résidence du Parmenier, construction de logements adaptés aux Personnes Agées/Personnes Handicapées rue des Loges et l'agrandissement de la maison paramédicale.

En associant notre action, nos projets d'accueil, le travail réalisé sur le plan associatif, le CCAS, nous tissons progressivement notre toile pour que nos aînés trouvent sur Nouvoitou les espaces et l'accompagnement nécessaire à leur sérénité et à leur bien vivre durable.

 

Bien cordialement,

Jean-Marc Legagneur, Maire